Phyto-épuration

En partenariat avec Pascal Baslé, entreprise Bien Vivre avec l’Eau, nous réalisons l’installation de phyto-épuration.

Un petit rappel de ce qu’est la phyto-épuration; c’est un procédé de traitement des eaux usées domestiques autorisé en France officiellement depuis 2009 pour des habitations allant jusqu’à 20 équivalents habitants et faisant appel aux plantes.

Deux types de phyto-épuration existent, celle dite pour les eaux vannes, soit toutes les eaux usées de la maison, et celle dite pour les eaux grises (eaux vannes moins les toilettes). La différence va se situer dans la mise en place de 2 bassins dans le cas des eaux vannes, un dit vertical (traitement filtrant de l’eau) et un dit horizontal (traitement épurant de l’eau). Pour les eaux grises, seul le bassin horizontal est installé, la filtration étant réalisée à l’aide d’un filtre à paille ou d’un filtre mécanique simple (grille, grillage…).

La phyto-épuration est un procédé fonctionnel qui permet en sortie de filière la réutilisation de l’eau dans un bassin à poisson, pour l’arrosage du jardin (attention l’arrosage du potager est déconseillé) ou encore pour la réutiliser pour alimenter les toilettes de la maison ou d’autres applications encore. A défaut de réutilisation, l’eau est rejetée dans le milieu (fossé, drain) avec des taux de contaminations (bactéries, azote, phosphore) généralement inférieurs aux autres systèmes d’assainissement. L’installation de phyto-épuration n’est pas possible dans tous les cas, n’hésitez pas à nous contacter pour une visite préalable.

De plus la phyto-épuration peut être intégrée de manière paysagère dans votre jardin, couplée ou non à un bassin décoratif.

Voici ci-dessous des éléments de différents dossiers déjà traités par nos soins.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

AMO: Gestion différenciée des espaces verts

Nous pouvons également vous accompagner dans la mise en place de la gestion différenciée de vos espaces verts ainsi que dans le cadre de la politique dite de « Zéro-phyto ».

Une méthode, une démarche, un outil.

La gestion différenciée est un outil permettant de ne plus considérer l’espace communal comme un tout, mais au contraire comme un ensemble d’espaces individuels, ayant chacun leurs fréquentations, leur buts visuels, leurs usages et donc les moyens humains et techniques qui leur sont affectés. Cette gestion est une façon de conduire les espaces verts, en milieu urbain, consistant à ne pas appliquer à tous les espaces verts la même intensité ni la même nature d’entretien.

La gestion différenciée proposera que certains espaces moins fréquentés, aux sols plus fragiles, ou écologiquement précieux soient laissés à eux-mêmes, fauchés ou extensivement pâturés. Ces préconisations sont faites afin d’y conserver des habitats pour la faune et préservant ainsi la biodiversité et une plus grande diversité de paysages. Cette forme de gestion a pour but de conserver l’intérêt écologique d’un espace vert, tout en permettant un développement en adéquation avec l’utilisation du site.

Ce n’est donc pas une méthode d’entretien par défaut, mais la mise en place dans un service d’un programme commun. Cette méthode permet à chaque agent de savoir comment entretenir un espace en prenant connaissance de l’utilisation de l’espace vert et du cahier des charges afférent.

La gestion différenciée des espaces urbains et naturels s’inscrit dans les principes du développement durable. Cette gestion découlant d’une politique communale globale, elle permet de répondre à des enjeux de natures différentes.

Les enjeux de la gestion différenciée

Enjeux sociaux Enjeux environnementaux Enjeux économiques Enjeux culturels
  • Améliorer le cadre de vie des habitants en mettant à leur disposition une diversité d’espaces.
  • Éduquer le grand public à l’environnement.
  • Favoriser l’autonomie des agents.
  • Préserver et enrichir la biodiversité des espaces naturels.
  • Limiter les pollutions : réduction des produits phytosanitaires.
  • Gérer les ressources naturelles: valorisation des déchets verts, économie de la ressource en eau.
  • Il est important de favoriser le retour du patrimoine paysager pour favoriser les écosystèmes existants et la biodiversité.
  • Faire face à des charges de fonctionnement de plus en plus lourdes dues à l’augmentation des surfaces.
  • Optimiser les moyens humains, matériels et financiers.
  • Maîtriser les temps de travaux.
  • Adapter le matériel (faucheuse, broyeur…).
  • Valoriser l’identité des paysages communaux.
  • Mettre en valeur les sites de prestiges et patrimoniaux.
  • Diversifier et transmettre le savoir-faire et l’art du jardinier.

L’idée est donc de travailler véritablement en lien avec les gestionnaires des espaces avec ceux qui les entretiennent pour une amélioration tant de la gestion que des conditions de travail des agents, et des conditions de vie des riverains.

Voici un exemple de fiche actions pouvant être mises en place. Cet exemple est pris dans la commune de Pacé à l’ouest de Rennes.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mi-février

Entre la fin janvier et la mi-février, il n’y a pas de grand changement, c’est toujours l’hiver. Très souvent, le mois de février est plus froid que janvier, il faut alors penser à protéger les espèces les plus fragiles. Cela peut se faire avec de la paille, des voiles d’hivernages…

Comme en janvier, on peut toujours récolter les légumes plantés en automne, soit les endives, les oignons, les différents choux et les poireaux. Certaines mâches et chicorées, ainsi que quelques carottes et du persil pourront également être récupérées si elles ont été protégées du gel.

Après les premiers semis de janvier, on remet cela en châssis ou en pleine terre. Les châssis doivent toujours être ouverts quelques heures par jour, les jours de beau temps aux températures non gélives pour favoriser leur aération et éviter la condensation. On profitera aussi pour désinfecter les pots, les tuteurs, les jardinières avec un peu d’eau et d’alcool. On n’oubliera pas les outils qui sont aussi des grands transmetteurs de maladies!

En semis on retrouvera:

  • En châssis:
    • aubergine
    • basilic
    • catalogne
    • céleri
    • chicorée
    • chou cabus
    • concombre
    • fenouil
    • laitue
    • oignon
    • pastèque
    • poireau
    • poivron
    • tomate
  • en pleine terre
    • ail
    • oignon
    • pomme de terre
    • bette à cardes
    • carotte
    • chicorée
    • épinards
    • fève
    • laitue
    • mâche
    • persil
    • pois et pois chiches
    • radis

On remettra, si cela n’a été fait avant, une couche de fumier et une couche de paillage qui enrichiront le sol et nous faciliterons le travail en tuant les mauvaises herbes, ce qui nous diminuera le travail du sol à faire au printemps. On continuera d’y additionner la cendre de la cheminée pour l’apport en potassium.

Au jardin d’ornement, je vous renvoie déjà sur l’article de janvier pour y consulter les différents conseils qui restent d’actualité!

Dans les nouveautés, c’est la fin de l’hiver et nos amis les oiseaux peuvent avoir de plus en plus de difficultés à se nourrir, c’est l’heure alors de sortir les mangeoires (surtout en cas de neige ou de fort gel) et d’y mettre des graines les aidant à finir l’hiver. On peut aussi commencer à mettre à disposition des nichoirs qui serviront au printemps!

Pendant les belles journées et s’il n’y a pas de gel prévu pendant quelques jours, c’est l’occasion de semer les premières plantes à fleurs (pois de senteur, pied d’alouette, pavots, sauge, œillets d’inde, impatiens). En cas de gel ou pour être sûr de ne pas avoir de casse sur des gelées à venir, le mieux est de semer en petits pots dans la véranda ou en serre hors gel, nul besoin de chauffer!

C’est l’heure aussi de planter les bisannuelles en godets (pensées, primevères, myosotis…).

En ce qui concerne la taille, on finit celle des pommiers et des poiriers pour attaquer ensuite les petits fruitiers tels que les groseilliers, framboisiers ainsi que d’autres espèces plus sensibles tels que les pêchers, toujours en évitant les périodes de gel!

C’est enfin le moment de multiplier les plantes que l’on apprécie tels que les coléus, impatiens, dahlias, chrysanthèmes.

Janvier, la dernière semaine

Alors, bien évidemment l’hiver est la période de repos de la nature sous nos latitudes mais ce n’est pas pour autant qu’il n’y a rien à faire.

Au potager on peut récolter les endives, les oignons, les différents choux et les poireaux. Certaines mâches et chicorées pourront également être récupérées si elles ont été protégées du gel. Enfin c’est aussi le moment de préparer les premiers semis de l’année en serre ou en châssis. Ces éléments devront par ailleurs être ouverts quelques heures par jour, les jours de beau temps au température non gélive pour favoriser leur aération et éviter la condensation.

On remettra une couche de fumier et une couche de paillage qui enrichiront le sol et nous faciliterons le travail en tuant les mauvaises herbes, ce qui nous diminuera le travail du sol à faire au printemps.

Au jardin d’ornement, c’est l’heure de planter les différentes essences en racines nues, arbres, arbustes, rosiers ou pivoines. Attention toutefois car nous sommes à la fin de la période de plantation. De plus quelques précautions sont à prendre. En effet les racines nues se désèchent et meurent rapidement, il ne faut alors pas les laisser à l’air libre trop longtemps, pas plus d’une demi-heure surtout s’il y a un vent froid et sec.

On peut aussi profiter des jours de beaux temps pour tailler certains rosiers dont les grimpants mais toujours en évitant les jours de gelées. Je conseille même de regarder la météo pour s’assurer qu’il n’y aura pas de gelée dans les 4-5 jours qui suivent évitant ainsi le maximum de dommages aux plantes taillées.

C’est le moment aussi de renouveler les paillages, d’aérer la pelouse et il faudra parfois arroser certaines plantes si les températures sont trop douces et qu’il ne pleut pas.

En cas de gel, prendre garde aux dégâts qu’il peut faire sur la pelouse, le bassin … Pour la pelouse, il ne faut pas marcher dessus si elle est gelée tandis que l’on empêchera le bassin de geler sur sa totalité. Pour cela, un fagot de paille ou des flotteurs (bouteilles d’eau légèrement lestée) feront très bien l’affaire. Et si le gel perdure, on pratiquera une ouverture dans la glace pour permettre le renouvellement de l’oxygène dans l’eau. En effet, la vase du fond continue à se décomposer lentement et produit des gaz, toxiques pour la faune aquatique, qui resteront emprisonnés sous la glace. Les poissons, eux, consommeront au fur et à mesure l’oxygène dissous dans l’eau jusqu’à ce qu’il n’y en ait plus.

Alors pour éviter cela, il faut retirer une partie de la couche de glace tout en faisant attention à ne pas la briser. L’onde de choc pourrait en effet blesser voire tuer les poissons (problème de compression décompression de leurs organes internes). Il est conseillé alors de mettre une pompe en route avec un jet directement retombant sur la glace (en geyser), l’eau va finir par faire fondre la glace petit à petit et libérer la zone autour du tube de la pompe. Si vous avez retiré la pompe, ce qui est conseillé dans les régions à forte gelée, vous pouvez rajouter de l’eau avec un tuyau pour faire fondre la glace de la même manière (n’oubliez pas de vider le tuyau ensuite pour qu’il ne gèle pas!). Vous pouvez également utiliser une casserole d’eau chaude (l’eau chaude du robinet devrait suffire) et que vous poserez délicatement sur la glace pour la faire fondre (ne pas verser l’eau chaude sur la glace).

Enfin, on peut profiter de cette saison hivernale pour le rangement de la cabane à outils ou du garage, pour prendre soin des outils (graissage, affûtage, vidange, désinfection …) avant le printemps où ces mêmes outils n’auront pas le temps de chômé!

Revalorisation d’un massif fleuri.

Un autre exemple de réalisation, celui de la revalorisation d’un massif fleuri à St Malo. Un choix de plantes adaptées, un peu de paillage, un peu de travail et le tour est joué.

Avant:

montage

Pendant:

et après!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

N’hésitez pas à me contacter si vous souhaitez vous aussi valoriser votre jardin!

Prestation à destinations des collectivités

Nous proposons différentes prestations afin de vous aider dans la gestion, l’aménagement, la valorisation de vos espaces verts. Les prestations vont notamment être centrée sur le passage au zéro produits phytosanitaires et à la gestion différenciée des espaces verts.

Nous pouvons également vous accompagner sur des questions liés au droit des arbres (PLU, distances de plantations…) ainsi que sur des problématiques de gestions douces des eaux pluviales.

Enfin, nous pouvons accompagner vos administrés pour ces mêmes problématiques (zéro phyto, droit des arbres, gestion des eaux pluviales). Nous pouvons également intervenir sur d’autres sujets tels que la phyto-épuration pour l’assainissement non collectif, la gestion écologique de leurs jardins…

Cliquez ici pour ouvrir le document dans un nouvel onglet.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Prestation à destinations des agences immobilières

Dans un premier temps, nous proposons différentes prestations afin d’aider vos clients, à mieux vendre, louer ou simplement gérer leurs biens immobiliers.

 

Pour cela, nous pouvons intervenir afin de vous aider et les aider dans la gestion, l’aménagement, la valorisation des espaces verts. Les prestations vont être centrée sur la valorisation de leurs jardins, et peuvent aussi prendre en compte le passage au zéro produits phytosanitaires et à la gestion différenciée des espaces verts.

Nous pouvons également vous accompagner sur des questions liés au droit des arbres (PLU, distances de plantations…).

Nous pouvons également intervenir sur d’autres sujets tels que la phyto-épuration pour l’assainissement non collectif, la gestion écologique de leurs jardins…

Cliquez ici pour ouvrir dans un nouvel onglet.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Prestation à destination des particuliers.

Voici les prestations disponibles pour l’aménagement, l’entretien, la valorisation de votre jardin. Si vous avez des idées qui ne figurent pas sur la plaquette, n’hésitez pas à nous en faire part, nous sommes la pour vous satisfaire au mieux!

Cliquez ici pour ouvrir dans un nouvel onglet.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Retour du salon du végétal

La semaine passée (16-18 février 2016), s’est tenu le salon du végétal. C’est un salon professionnel destiné à un public large autour des fleurs et des plantes. Pour moi c’était l’occasion de découvrir des choses plus ou moins nouvelles pour pouvoir vous les proposer ensuite.

Je retiendrai 4 éléments principaux qui peuvent être installés en jardin ou sur votre terrasse ou balcon.

La première est le Dromobac. L’utilité de ces bacs à fleurs ou autre plantes est que la réserve d’eau situé dans le fond du bac est rendu disponible à la plante à travers un bloc hydrique spécial. Ce bloc hydrique absorbe l’eau du réservoir et la transmet à la terre par capillarité de la même manière que le fait la terre naturellement. Ces micro-alvéoles de toutes tailles imitent la porosité de la terre et permet une redistribution de l’eau à la fois plus étalé dans le temps mais aussi en diminuant progressivement la quantité. Cela permet aux plantes de s’habituer à la diminution de la quantité d’eau disponible et de se mettre en repos végétatif sans mourir de soif subitement.

Récompensé au concours Lépine en 2012 puis au salon du végétal en 2015, cette solution peut permettre une meilleure gestion de l’eau pour et par les plantes mais aussi et surtout de partir en vacances plus sereinement!

EPSON MFP image

—-

Et cette invention est tout à fait compatible avec le produit suivant, des potagers urbains de chez Carré Serre. A destination de tous les publics, Carré Serre propose une gamme complète de potagers urbains évolutifs.

mur vegetal

Que cela soit pour créer un mini potager au sol pour vos enfants, ou des potagers surélevés pour les personnes âgées, à mobilité réduite ou qui souhaite limiter les mouvements du dos, il y a tout un ensemble de gamme qui pourra s’adapter à toutes les situations ou presque.

On retrouvera également des tours végétales ainsi que des lombri-composteurs pour créer directement votre substrat de culture!

Bref, n’hésitez pas à me contacter si vous souhaitez en faire installer chez vous!

—-

On reste dans le potager surélevé, mais on change de mode de culture avec l’aquaponie par la Ferme Aquacole d’Anjou. Ce système a été nominé au prix Innovert 2016 du salon du végétal.

Là, plus de soucis avec l’eau, le désherbage, les engrais etc… on jardine en hauteur, on peut élever des poissons pour les manger ou pour la décoration et comme dans tout potager, on peut ensuite consommer des légumes frais! Et sous peu que vous ayez une petite serre, vous pourrez le faire toute l’année!

Alors la ferme Aquacole d’Anjou propose des solutions directes avec un mini-bassin et son potager disponible avec plusieurs modèles.

geraldine

Là encore, n’hésitez pas à me faire signe si vous souhaitez installer un petit potager aquaponique et pour l’intégrer au mieux dans votre jardin. Je peux également vous proposer des bassins à l’intégration plus naturelle toujours reliée à votre système aquaponique.

—-

Enfin, je termine avec un autre nominé pour ses solutions de feutres de cultures. Que cela soit pour retenir l’eau, limiter l’apparition des adventices, réduire la quantité de paillage, Jardi d’Jo propose une gamme complète qui pourra être utile, au jardin, au potager, dans les pots, bref partout où l’on peut mettre des plantes!

L’idée du disque de décoration permettra à la fois de protéger vos plants et de donner une petite touche propre à votre jardin. Complété par le paillage que vous souhaitez, il contiendra le paillage pour lui éviter de s’éparpiller!

disque deco